Mobilité

Double-test du Honor 8, le défi est-il relevé ?

Double-test du Honor 8, le défi est-il relevé ?

Que le défi est grand pour Honor ! Après le carton du Honor 7 l’année dernière, le constructeur « for the brave » a réussi à se faire une place sur le marché ultra-concurrentiel des smartphones. La recette magique ? Un smartphone affichant des performances de mobile haut de gamme, mais à un tarif défiant toutes concurrences (300€ pour le Honor 7). Dans ce contexte, pas facile de ne pas décevoir. Le constructeur est dans l’obligation de faire aussi bien qu’avec le Honor 7 s’il ne veut pas retomber dans l’anonymat comme OnePlus…

La mission s’annonce compliquée, surtout que le constructeur commercialise le Honor 8 à 400€ (soit 100€ de plus que le Honor 7). Une montée en gamme nécessaire qui se traduit par une fiche technique très proche de celle du Huawei P9, le haut de gamme du constructeur chinois. Sans vous « spoiler » le test, les différences entre ces deux smartphones sont assez subtiles. C’est pour cela que j’ai demandé à Hadrien de m’accompagner dans ce « double test ». Si vous connaissez pas encore ce concept propre à Moovely, je vous résume en deux lignes la méthodologie. On a chacun testé le Honor 8 de notre côté, sans croiser une seule fois nos ressentis. On écrit ensuite un test à 4 mains, où Hadrien affirmera, nuancera ou contredira mes impressions sur le mobile. Vous avez compris ? C’est parti !

 

Photos et caractéristiques

 Honor 8
SystèmeAndroid 6.0 (surcouche EMUI 4.1)
Taille145,5 x 71 x 7,45 mm
Poids153 g
Ecran5,2 pouces LCD
ProcesseurKirin 950
Mémoire vive4 Go
Mémoire interne32 Go extensible avec une carte microSD
Appareil Photo2 X 12 MP et 8 MP en frontal
Batterie3 000 mah
PlusCapteur infrarouge
Capteur d'empreintes
Bouton personnalisable
Prix400€
(version premium : 449€ avec 64Go et couleur Or)

Honor 8 face au Huawei P9

Un verre pas facile à apprivoiser

Si l’on veut chercher une explication à la hausse de prix de Honor, l’un des éléments de réponse se trouve certainement au niveau du design. Même si le Honor 7 était loin d’être immonde, on n’avait pas pour autant la finition des appareils haut de gamme. Preuve en est, le dos de l’appareil. Composé principalement de métal, on retrouvait deux bandes plastiques argentées pour couvrir les antennes.

Une impression « cheap » qui tranche complètement avec le Honor 8. Cette année, le constructeur chinois n’a pas rogné sur le design de son appareil. Surface en verre, bordures en métal, on retrouve les points forts du design du Huawei P9 et de ceux du Samsung Galaxy S7. Que cela soit au niveau de la finition ou de l’apparence globale de l’appareil, je suis complètement séduit. Même la barre en verre du Huawei P9, qui comprenait les deux capteurs photos et le flash, a disparu au profit d’une surface unique sur le dos de l’appareil. Franchement, bravo Honor !

Mais, parce qu’il y a toujours un mais, ce design se paye au niveau de la prise en main. Le verre au dos des smartphones est très compliqué à gérer. Traces de doigts, rayures, mauvaise prise en main, Sony coutumier du fait a bien mis 3 à 4 modèles avant de trouver le bon revêtement. Vous l’aurez compris, pour sa première fois, Honor n’a pas trouvé de suite la recette magique. Le dos en verre attrape facilement les marques des doigts, est sensible aux rayures (d’ailleurs le constructeur nous a fourni une protection avec le mobile), mais surtout il glisse… Posé sur une surface un peu inclinée, votre Honor 8 sera systématiquement attiré par le sol.

Plus problématique, il glisse également des mains. Une sensation qui est accentuée par une mauvaise répartition du poids de l’appareil. La partie haute du téléphone est légèrement plus lourde que la partie basse. Sur un smartphone de 5,2 pouces, cela se ressent et impacte la prise en main globale de l’appareil. Je ne sais pas ce qu’en pense Hadrien, mais je vous recommande fortement d’associer votre Honor 8 à une protection.

Hadrien : Le Honor 8 est beau, peut-être un peu trop par rapport à la cible. Le moto « For the brave » est un peu oublié, puisqu’on a du verre au dos. Il faudra donc bien le protéger, autrement le smartphone risque de se transformer en palet de hockey sur n’importe quelle surface. Le Honor 8 manque en effet des petits patins (comme sur le second Nexus 4) afin d’accrocher. Il prend les traces de doigts, j’espère que Kevin ne l’a pas rayé… N’empêche, l’effet avec la lumière est très sympa, on peut le voir sur les photos au dessus, ça se reflète différemment.

Le capteur d’empreintes est désormais un bouton physique aussi. La touche programmable du Honor 7 qui était sur la tranche se retrouve donc à l’arrière.

 

AMOLED , LCD ?

Pas facile de se faire un avis sur l’écran du Honor 8. Depuis plusieurs années, Huawei cherche le bon mix pour ces dalles tactiles. LCD, AMOLED, puis à nouveau LCD, la dalle du Honor 8 semble être compromis entre ces deux technologies. Les couleurs sont vives, les noirs profonds, on pourrait à s’y méprendre croire que l’écran du Honor 8 est un AMOLED. Nous avons bien une dalle de 5,2 pouces Full HD, LCD.

Le traitement des couleurs est, d’après moi, une nouvelle fois bancale. Même en réglant les paramètres de la dalle tactile, on n’arrive jamais à avoir des couleurs proches de la réalité. Un écart qui s’estompe en poussant la luminosité à son maximum. A noter que la densité de pixels n’est pas assez élevée pour profiter d’une bonne expérience en réalité virtuelle.

Hadrien : Pour l’écran, je me contente de ce que j’ai on va dire. Il est vrai que les couleurs c’est jamais le fort de Huawei/Honor, mais là c’était correct. En plus, on retrouve un petit filtre jaune pour protéger les yeux la nuit, c’est gadget, mais au final bien pratique.

 

4 Go de RAM pour s’amuser

L’une des différences du Honor 8 avec le Huawei P9 se trouve au niveau processeur. Comme à son habitude, Honor utilise un processeur maison, le Kirin 950 qui s’annonce comme moins puissant que celui du P9. Mais contrairement à son grand frère, il possède 4 Go de RAM (contre 3 Go pour le P9) .

Maintenant qu’on a fait le point sur les gros bras, qu’est ce qu’il se passe en utilisation ? Le Honor 8 est très fluide. Que cela soit du multitâche ou des jeux gourmands , aucun ralentissement est à noter. Par contre, ce qu’il faut relever c’est que notre cher Honor 8 a tendance à chauffer sur des longues sessions de jeux. Concentrée sur la partie haute du téléphone, cette chauffe ne vous généra uniquement si votre position est en mode paysage.

honor8-face-1024x681

Comme le Honor 7, le H8 est un appareil double SIM. Le deuxième emplacement, uniquement 2G, se transforme également en port micro SD, en fonction de vos besoins.

A noter que l’autonomie du Honor 8 le place dans le haut du panier des smartphones de cette taille.  Endurant, on tiendra une bonne journée d’utilisation avec.

Hadrien : j’étais large avec le Honor 8 comparé au P9. Bon, j’abusais de Spotify et de Pokemon Go, mais ça m’a suffit de voir qu’il consommait moins pour les mêmes actions !

honor8-face-1024x681

On ne va pas revenir sur les fonctionnalités de EMUI 4.1 . On a assez détaillé la surcouche Huawei dans nos précédents tests. Par contre, il est important de parler du capteur d’empreintes de ce Honor 8. Situé sur le dos de l’appareil, il est constitué d’un bouton physique. Ce dernier, tout comme sur le Honor 7, est paramétrable en fonction de vos besoins. 3 raccourcis qui permettent de fluidifier votre utilisation. C’est vraiment pratique !

Hadrien : mon usage du bouton se résume à deux actions : la lampe torche et lancer une app. Il faut doser son geste pour déverrouiller le smartphone sans appuyer sur le bouton (pour ça qu’il est plus résistant). Son emplacement ne permet pas de l’utiliser avec une bonne prise en main et c’est un peu une régression…

 

Leica or not Leica ?

C’était la grande question qu’on s’est tous posé lors de la présentation du Honor 8. A partir du moment où l’on retrouve le même double capteur de 12 MP, est ce que la qualité photo du H8 sera la même que celle du P9 ? Une question légitime puisque seul le tampon « Leica » semble faire la différence entre les deux appareils.

En utilisation, les deux mobiles font d’excellentes photos, mais le P9 reste un cran au dessus. Plus de lumières, plus de détails, le P9 reste le meilleur appareil photo du constructeur, même si le Honor 8 s’en sort très bien également.

Hadrien : Sur la partie photo, le filtre N&B du P9 a une légère teinte sepia qu’on ne retrouve pas sur le Honor 8. L’interface n’est pas « leica-isé » aussi. Autrement, j’ai eu plus ou moins les mêmes résultats avec les deux appareils.

Conclusion

Au final, le Honor 8 n’est pas le smartphone parfait, mais çà c’est tout à fait normal. Pour 400€ , les performances globales sont tout de même très bonnes et on ne voit pas mieux sur cette tranche de prix. On peut regretter cette hausse de prix, par rapport au Honor 7, mais on ne peut que saluer le travail de Honor à proposer des produits accessibles et performants.

Hadrien : Honor nous fait un nouveau best-seller. Il a tout pour plaire et il se débrouille très bien dans toutes les circonstances. Je regrette seulement le verre qui glisse et la hausse de prix… Cependant, à ce prix-là, il n’y a que le OnePlus 3 pour lui tenir tête.

Voir les commentaires (2)

2 Comments

  1. Pingback: Notre sélection de Noël

  2. Pingback: Nos smartphones sont-ils dangereux ? La mesure des DAS remise en question

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mobilité
@kevinlebougnat

Le Jean-Pierre Coffe du High-Tech

Plus de Mobilité

Motorola-Moto-G5-Plus-400x240

Test du Motorola Moto G5 Plus, comme un air de Nexus

Kevin Brun27 juin 2017
HP_Envy_Her_01-400x240

Test de l’ultraportable HP Envy 13

Tode15 juin 2017
Federation_industries_nautiques_Moovely_04-400x240

On a testé la location de bateau… sans permis

Lea8 juin 2017
meizum5-1-400x240

Test Meizu M5, un véritable dépucelage

Kevin Brun30 mai 2017
IMG_8653-400x240

Une nouvelle façon de se déplacer écolo avec Archos

M!KE26 mai 2017
macron-iphone-7-400x240

Si les candidats à la présidentielle étaient des smartphones

Kevin Brun15 mai 2017