La Surface Book 2, un sans-faute de Microsoft ?

Bonjour à tous !

Aujourd’hui je vous parle d’une bête de puissance dans un tout petit format, j’ai nommé la Surface Book 2. C’est un bel objet technologique que Microsoft a sorti en Novembre 2017 (donc assez récent), qui fait à la fois tablette et PC portable, avec des configurations plus qu’honorables dans un format réduit. J’ai pu tester la version 15 pouces, qui avec son écran, et son format m’ont plutôt bien séduits pour des utilisations assez variées !

Petit apparté sur mon rapport aux tablettes et laptops: je n’ai pas vraiment l’habitude d’avoir un laptop dans mon sac à aucun moment de ma journée. Mon boulot ne nécessite pas l’usage d’un PC portable, et concrètement, je n’ai pas vraiment besoin de ce genre de produits en général, mon téléphone fait très largement le boulot. A la fin du test, il était naturel pour moi d’avoir la Surface Book 2 dans mon sac. Qu’est-ce qui a changé mes habitudes ? A vous de le découvrir dans ce test !

This is the future

Ce qui intrigue au déballage, c’est le minimalisme du design choisi par Microsoft pour sa Surface Book 2: une couleur dominante gris clair métallisé, un sobre logo Windows miroir sur le dos de la bête… ça rappellerait presque une certaine marque mondialement connue… Design sobre et réussi dès le déballage.

Une fois la Surface Book 2 sortie de son écrin, on peut voir quelques éléments assez uniques à ce modèle: peu de connectique (un port SD, un port USB et un port USB type-C), et une charnière pour le moins… curieuse: le PC n’est jamais fermé entièrement, et baille comme…un livre (see what I did there ? :p ).

Sur le dessus donc, un logo Windows miroir. Sur le dessous, des patins en caoutchouc pour empêcher le PC de glisser sur des surfaces trop lisses. C’est sobre, ça fait le taff, rien à dire dessus.

Petite découverte au lancement de Windows, lors du paramètrage il est possible d’activer le déverouillage du PC par reconnaissance faciale. Petite surprise qui complète un produit déjà très bien équipé.

Une fois paramétrée, wow. Premier choc, la qualité de l’écran. Ça n’est pas volé de dire que c’est probablement le meilleur écran actuel (6 millions de pixels composent la dalle, avec des couleurs et des contrastes FABULEUX), une réactivité tactile au top c’est très joli. Et aussi pratique, pour ceux qui travaillent des photos, des images à la volée (mais on en reparle plus tard de tout ça).

La batterie est divisée dans les deux éléments que composent la Surface Book 2: le clavier, et l’écran. Si on obtient 6 heures d’autonomie (voire plus en fonction des paramètres et de l’utilisation) en utilisant les deux éléments ensemble, on tombe sous les 3 heures en utilisant l’écran seul. Il y a d’ailleurs un bouton spécialement conçu pour séparer les deux éléments, de manière très agréable.

La souris Arc Microsoft

Concernant la souris Arc, j’étais un peu circonspect quant à la prise en main lorsque je l’ai sortie de sa boîte. Comment vraiment positionner sa main sur cette souris toute plate ? (parce que oui, je considère qu’étant féru de tech, pas besoin de lire la notice). Je me suis donc retrouvé fort bête en lisant qu’il fallait “casser” la souris pour l’arquer, et qu’elle fasse honneur à son nom. Une fois positonnée comme il faut, déjà elle s’allume, et en plus fait plutôt bien son boulot, avec un design qui m’a beaucoup plu. Compliqué d’en faire une souris Gaming, mais ça sera parfait pour les personnes qui voyagent beaucoup et ont besoin d’une souris compacte mais pas minuscule (et surtout ultra classe).

Le stylet Surface

Je n’ai jamais vraiment eu besoin de stylet, car je ne sais pas dessiner. Heureusement pour moi, j’ai parmi mes amis des talents fort géniaux, qui ont acceptés de se prêter au test du stylet avec la Surface Book 2 sur différentes applications. Qu’est-ce qu’on retient de ces essais ? Un stylet très agréable en main, avec la possibilité de changer de “mine” pour être plus ou moins précis. Le stylet fonctionne très bien avec Lightroom ou Live Sketch notamment, et permettent à la Surface Book 2 de passer de PC à tablette graphique de manière très agréable.

Performances excellentes pour la Surface Book 2

On aurait pu vous parler de bureautique, mais la Surface Book 2, c’est une solution bien plus complète qu’un simple PC portable. On a donc testé différents usages pas forcément communs de ce genre d’appareil: le gaming, la retouche photo, et le dessin.

Gaming

Quand on découvre la finesse de la Surface Book 2, on a tendance à oublier que le bousin est TRES sérieusement équipé niveau hardware: un processur Intel i7, 16 Go de mémoire vive, une carte graphique Nvidia 1060 GTX… Je me suis dit “Autant installer des gros jeux tout de suite, histoire de voir si ça tient correctement sur le PC”. Direction Steam, on chope PUBG, Rising Storm Vietnam, Dreadnought, et bien évidemment World of Tanks et Overwatch à côté.

Des jeux qu’on peut pousser assez loin, demandeurs de ressources… (sauf Dreadnought et Overwatch). On lance les jeux, on met tout à fond, et… ça tourne. Genre parfaitement. Aucun problème pour survivre à Erangel, détruire trois cuirassés, ou être le meilleur chasseur de chars de la partie. La Surface Book 2 est largement capable de faire tourner du jeu vidéo de manière efficace, même si clairement ce n’est pas l’usage premier pensé pour. Toujours bon à savoir quoi, quand on a un produit résolument nomade. Il est possible de jouer dans l’avion, ou au bureau pendant la pause !

Photo

C’est Mr CuNimbus qui s’est lancé sur une séance de retouche photo avec seulement la tablette et le stylet, sur un photoshoot très sympa. Utilisant Adobe Lightroom, il a adoré la simplicité d’usage qu’apporte le tactile à ce genre de logiciel: modifications à la volée, mouvements plus naturels qu’avec une souris et un clavier…
On rajoute que la superbe qualité de l’écran permet une retouche ultra précise des photos, la colorimétrie ne s’y perd pas, et on ne perd pas ni en qualité, ni en déformation à cause l’écran.

La réactivité de la Surface Book 2 est celle qu’on attend d’un PC fixe, mais avec un encombrement moindre. Le fait qu’un port SD pour les cartes mémoires d’appareil photo soit inclus sur une des tranches du PC en fait un usage parfait pour les photographes en quête d’une machine puissante, et facile à transporter.

Dessin

Au tour de la géniale Raphaëlle de prendre le stylet en main sur LiveSketch. En ressortira un superbe gronosaure des familles, le Tyrannosaurus Rex !

C’est étonnant de voir qu’on peut prendre appui sur l’écran sans impacter la détection du stylet. Il est d’ailleurs suffisamment précis pour vraiment dessiner, et tirer parti de l’aspect tablette, encore une fois. Les couleurs sont fidèles au rendu, petit détail qui s’avère important quand on crée quelque chose. Le stylet et les applications fonctionnent très bien ensemble, et offre à la Surface Book 2 une utilisation graphique fort appréciée.

Groarr !!

 

Du bien, et du bien moins bien

Si la Surface Book 2 offre ENORMEMENT de belles choses, il y a aussi quelques éléments qui ne m’ont pas forcément plu:

  • L’autonomie est bonne tant que la tablette est sur le clavier, mais tombe drastiquement si  jamais on passe en mode tablette uniquement.
  • Les bords du PC se prête très mal à une utilisation longue, le visuel ayant pris le pas sur le confortable. Les angles sont assez aigus, et s’appuyer dessus n’est pas agréable.
  • Qui dit puissance dit chaleur et bruit. La tablette a tendance à chauffer vite, et le ventilateur s’emballe. On entend rapidement le bruit du ventilateur qui tourne à plein régime, ce qui peut ennuyer les personnes qui cherchent un produit vraiment silencieux (mais ce n’est pas foncièrement gênant).
  • Le rétro-éclairage du clavier est très discret, et adapté à un certain angle de vue. Comprendre: pas forcément efficace dans un lieu très éclairé, ni quand on est affalé sur son canapé.
  • Peu de connectique: la Surface Book 2 est équipée de deux ports USB 3.0, 1 port USB type-C, et un lecteur de cartes mémoires. On est sur un produit qui se veut nomade, donc c’est tout à fait normal, mais ça obligera certains utilisateurs à se balader également avec un Hub pour d’autres connectiques.
  • La charnière ne permet pas une rotation complète, contrairement à d’autres appareils.

Conclusion

Microsoft propose un très beau produit, pas forcément ultra novateur, mais soigné, très puissant et au design superbe.

La Surface Book 2 s’inscrit dans une utilisation nomade, avec des très bonnes performances et tout ce qu’il faut pour qu’un graphiste, un journaliste, un photographe, ou tout simplement quelqu’un qui cherche quelque chose de puissant et compact, puisse partir sans avoir à se soucier d’un écran pourri, ou d’outils trop gourmands en ressources.

J’ai eu un petit pincement au coeur en la renvoyant, car on s’y habitude plutôt bien. Merci encore à Microsoft d’avoir eu l’opportunité de tester cette petite merveille 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Posts
Total
5
Share