Test de la trottinette électrique Xiaomi Mi Scooter M365

Aujourd’hui à Paris on compte près d’une dizaine de marques différentes de trottinettes électriques en location “libre service”. J’ai utilisé Lime au tout début, puis j’ai opté pour le scooter électrique lui aussi en location libre service (Cityscoot, pour ne pas le nommer). Ayant été quelques temps en scooter 125cm2 quand j’habitais la Capitale, je connais les très gros avantages d’une mobilité à deux roues dans Paris. Tout comme je connais aussi l’extrême dangerosité que peut avoir la chose. C’est dans ce contexte que j’ai eu la chance de pouvoir tester la trottinette électrique de Xiaomi, la M365 (aussi connu sous le nom de Mi Electric Scooter).

Mon périple

J’habite en banlieue lointaine. La trottinette électrique peut toutefois m’être utile à plus d’un titre :

  • Pour emmener le petit à l’école : quelques centaines de mètres, on roule doucement casques sur la tête, le gain de temps est indéniable. Surtout pour ensuite foncer à la gare prendre le train.
  • Pour éviter de prendre le métro une fois arrivé à Paris. La liberté de mouvement offerte par ce type de deux roues est top, fini les messages sur Slack “métro à l’arrêt, je vais être en retard”, dès lors qu’il ne pleut pas.
  • Pour les petits trajets dans Paris.
  • Pour les petits trajets par chez moi : aller au basket, faire une rapide course au Franprix du coin, aller d’un PokéStop à un autre avec le petit, etc., et tout cela, sans avoir à prendre sa voiture.

La Mi Scooter de Xiaomi (a.k.a. la M365)

Xiaomi a frappé fort avec cette trottinette électrique au rapport qualité / prix quasi imbattable. Je ne vais pas vous faire l’étalage de toutes les caractéristiques techniques de la bête, toutefois voici ce qui a tout particulièrement retenu mon attention :

  • Le poids : 12,5kg. Ca peut paraître élevé quand on ne connait pas trop le monde des “Electric Scooter”, mais c’est très léger. On monte vite dans les 15 – 20kg voire beaucoup plus selon les modèles chez la concurrence.
  • La vitesse : 25km/h. On est en règle. Mais grâce au petit moteur de 250W (500W en puissance instantanée maximum) on y arrive relativement vite.
  • L’autonomie : jusqu’à 30km. J’ai pu faire 20 bornes sans problème.
  • IP54 : bon on ne roulera pas sous un déluge avec (et de toutes façons on ne pourrait pas, trop dangereux), mais au moins elle ne sera pas HS si le temps est un peu humide.
  • La recharge : 5h pour une pleine. Si on est un minimum prévoyant, on ne sera jamais à sec de batterie.
  • Le freinage : une vraie poignée de frein, réglable. Avec en plus le freinage régénérateur si besoin.
  • Être vu et entendu : phare à l’avant, LED à l’arrière… et une sonnette de série ! Ca paraît tout bête, mais on n’a pas ça partout…

Au quotidien

La Xiaomi Mi Scooter se prend en main très rapidement. Au départ on est un peu surpris par la réactivité de la trottinette lorsqu’on pousse à peine la petite manette dédiée, mais au final on s’y fait vite. Surtout que comme sur la plupart des trot’ il faut d’abord mettre en mouvement le deux roues en le poussant un peu, comme avec une trottinette classique. Au bout de quelques jours on enchaîne virages serrés et autres manœuvres d’évitement en ayant pleinement conscience des capacités de la Xiaomi.

Je parle de manœuvre d’évitement car même si la Xiaomi freine bien, il va falloir apprendre dès que possible à bien manier sa trottinette car dans Paris, le danger est PARTOUT. Il surgit de n’importe où et il faut être capable de réagir immédiatement. La maniabilité de la Mi Scooter rassure. Les batteries étant positionnées sous la trottinette, la stabilité est de mise et les roues (gonflables) confèrent à l’engin un très bon amorti ainsi qu’une bonne accroche sur le bitume (dès lors qu’il n’est pas trempé).

J’ai donc utilisé la M365 de Xiaomi tous les jours, matin et soir, pendant un peu plus de deux semaines. Départ le matin pour l’école avec le petit, tranquillement, après avoir mis le casque de rigueur (pour le moment non obligatoire, mais vu la vitesse à laquelle va l’engin, il vaut mieux en mettre un). Ensuite 25km/h tout seul jusqu’à la gare. Là il me fallait bien choisir ma place au risque de gêner les autres usagers des transports en commun, ces derniers ne manquant pas de me jeter un regard accusateur si jamais je gênais.

Comme on peut le voir sur la photo ci-dessus, la trottinette prend quand même un peu de place même repliée. J’ai la chance de pouvoir “choisir” mon train le matin, j’ai donc décidé d’opter depuis pour un “Bombardier” (les jolis trains plein de couleurs) car je peux laisser la trottinette dépliée et la faire passer sous mon siège : encombrement minimum !

Une fois arrivé à Paris-Saint-Lazare, direction Châtelet en trottinette en prenant les voies de bus. La Mi Scooter file à vive allure, les pneus encaissant les différentes aspérités de la chaussée. Attention toutefois à l’un des ennemis n°1 des trot’ : les pavés.

Les diodes se trouvant au milieu du guidon nous indiquent la quantité de batterie restante. Dommage qu’il n’y ait pas d’indicateur de vitesse au même endroit. A noter qu’une petite sonnette est disponible “de série” avec la trottinette, et c’est un véritable plus car indispensable pour se faire entendre par les piétons et autres usagers en deux roues. In-dis-pen-sable, vraiment, comme le port casque. Il s’agit de votre sécurité et de celles des autres.

Le soir je fais le chemin inverse. C’est une réelle liberté de ne pas devoir prendre le métro et de ne pas être tributaire du bon fonctionnement de ce dernier. Et en plus, je prends moins de temps en trottinette que lorsque je prends le métro le plus rapide de Paris pour faire Châtelet – Saint Lazare (le fameux Météore de la ligne 14). C’est dire !

Conclusion

J’ai vraiment été conquis par la Mi Scooter (M365) de Xiaomi. A 399,99€, nous avons là un rapport qualité / prix exceptionnel. Légère, maniable, rapide à prendre en main et facile d’utilisation, je ne lui reprocherais que deux choses : le système de pliage, un peu long; et les roues gonflables dont il faut surveiller la pression. Et qui peuvent donc malheureusement être sujettes aux crevaisons. Cela peut arriver, surtout à Paris… Une petite bombe anti-crevaison dans le sac à dos, et on peut alors rouler l’esprit tranquille. C’est ce que je fais par exemple à chacune de mes sorties en VTT !

Le système de freinage traditionnel rassure énormément les débutants, il est beaucoup facile à prendre en main que les systèmes de freinage “magnétique” (qui influent directement et parfois fortement sur le moteur, d’où pas mal de chutes par-dessus les trottinettes d’autres constructeurs). La sonnette, élément vital et fournie avec la Xiaomi M365, m’a évité 2-3 collisions avec des piétons scotchés à leur smartphone et traversant sans regarder en dehors des clous (véridique…). On peut toujours hurler me direz-vous, mais le bruit de la sonnette équivaut à “attention petit danger en approche” dans notre subconscient.

La légèreté de la Mi Scooter m’a permis de l’emporter partout avec moi dans les transports en commun, et le fait de pouvoir la plier fait qu’elle rentre facilement dans le coffre d’une voiture par exemple.

L’essayer, c’est l’adopter. Si vous cherchez une trottinette électrique à moins de 400€, la Mi Scooter (M365) de Xiaomi se pose d’emblée en option n°1 sur votre liste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Posts

HTC U11 : Prise en main

Après les quelques images leakées ces dernières semaines sur la toile, HTC dévoile aujourd’hui son nouveau smartphone haut de…
Lire
Total
36
Share