C’est quoi la balance des blancs ?

Ca vous est déjà arrivé d’avoir l’impression qu’une de vos photos est très “jaune” ? Les visages sont jaunis, les murs qui étaient normalement blancs paraissent orangés… Oui ? Alors cela veut dire que lors de la prise de vue, il y a eu un petit soucis de “balance des blancs”. Pour faire simple, lorsque cette fameuse balance des blancs (le réglage de la couleur blanche) est bien faite, les murs blancs sur votre photo sont… blancs.

Petit exemple ci-dessous pour illustrer tout cela :

Régler la balance des blancs

Sur la photo du haut, nous avons le phénomène dont nous parlions, avec les murs jaune / orangé. Sur la seconde photo les murs, et même le fauteuil ont retrouvé leurs vrais couleurs. Nous avons réajusté la “température des couleurs”… Sur la première photo, les couleurs étaient trop “chaudes”, elles tiraient sur le rouge. Sur la photo suivante nous avons rééquilibré l’ensemble en faisant en sorte que les couleurs soient un peu plus “froides” : qu’elles soient plus vers le bleu que le rouge… Nous verrons plus loin comment faire cela.

Alors à quoi est dû ce phénomène ? Tout d’abord, cela nous montre encore une fois la puissance, la complexité, le force de l’oeil humain. Mise au point, adaptation à la pénombre ou à la clarté… ou encore balance des blancs constante, notre oeil est un outil fantastique. Nos appareils photo, aussi sophistiqués soient-ils, sont encore loin d’égaler nos yeux. Il nous faut donner à nos reflex numériques un petit coup de main, notamment en ce qui concerne la balance des blancs.

Il y a trois manières principales de faire un réglage des blancs :

  • avec les réglages prédéfinis de votre appareil photo
  • en faisant un réglage manuel
  • troisième option, la balance des blancs en post-production

Balance des blancs sur Nikon

Personnellement, je laisse la plupart du temps la balance des blancs en “auto” sur mon appareil photo. En studio je fais un réglage manuel, mais dans la vie de tous les jours, je trouve que les appareils photo et même les smartphones s’en sortent pas mal du tout. Vous avez d’autres modes disponibles sur votre appareil photo (comme sur la photo ci-dessus) : fluorescent, lumière natuelle, Nuageux… Selon l’éclairage où vous vous trouvez vous pouvez choisir le réglage adéquat. Faites différents tests ! Mettez votre appareil en balance des blancs auto, faites des prises de vue, puis testez les autres modes pour voir les résultats. Vous verrez que selon l’éclairage et le mode choisi, vous pouvez vous retrouver avec des photos très bleu ou carrément orange.
Le réglage manuel est quand vous réglez la balance des blancs depuis votre appareil photo en visant une surface blanche (une feuille de papier A4 par exemple), après avoir bien entendu mis votre reflex dans le mode adéquat. L’appareil photo fait donc son réglage sur le blanc de la feuille de papier tout en prenant en compte l’éclairage de l’endroit où vous êtes.
La balance des blancs en post-production, c’est lorsque vous ajustez à partir de votre logiciel (Lightroom, Photoshop Elements, etc.) la température des couleurs de votre photo. C’est ce que j’utilise le plus : balance des blancs en auto sur l’appareil, et correction en post-production. Attention, je ne dis pas que c’est la meilleure solution ! En fait selon les situations vous verrez avec un peu d’entrainement ce qui est le plus simple pour vous (et par simple j’entends le plus rapide en terme d’image finale).

Voilà ! Je n’ai pas voulu rentrer dans des explications sur les degrés Kelvin ou autre. J’espère que ces explications vous permettent d’y voir un peu plus clair… et d’avoir des photos avec un réglage des blancs adéquats.

sony_fe-70-200mm-f4_moovely_06

3 comments
  1. Hey Tode , j’essaye d’appliquer tes conseils en post prod sur mon Huawei P9 . Lorsque je modifie la température des couleurs , j’ai pas mal de grains qui s’affichent. (Photo de nuit)

    Il vaut mieux que je passe par une application de retouche ou je n’arriverais pas à un meilleur résultat que via la retouche photo de Huawei ?

    1. En fait le moindre changement un peu poussé (luminosité, balance des blancs…) sur une photo réalisée via les minuscules capteurs de nos smartphones peut faire apparaître le bruit contenu dans l’image. Cela se voit alors immédiatement sur une photo prise en faible luminosité.
      C’est aussi là que l’on voit le très bon travail effectué par le smartphone et son traitement de l’image. Pour les téléphones capables de shooter en Raw, la fameuse photo “brute de capteur”, on s’aperçoit que cette dernière est souvent purement et simplement dégueu, et qu’il faut bien la retravailler pour obtenir un résultat satisfaisant. Le jpg OOC (out of the camera, sans retouche supplémentaire que le travail de base du smartphone) est bien souvent magnifique par rapport au Raw.
      Bref, dans notre cas (et dans la majorité des cas) petit capteur = du bruit dès la moindre montée en ISO.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Posts
Total
0
Share