The Sinking City, une plongée en eaux troubles

The Sinking City est un jeu d’aventure policière qui flirte avec l’horreur et l’épouvante de bien des manières, et c’est une ambiance très réussie.
Je l’avais découvert via le trailer suivant lors de son annonce, et c’était plutôt prometteur pour les fans de cet auteur de génie qu’est HP Lovecraft… Hé oui, vous vous en doutez, nous partons en immersion dans une drôle de vie pour une enquête bien loin des affaires classiques.

Vous voilà dans la peau de Charles Reeds, un ancien plongeur de combat de la Navy, reconverti en détective privé. Mr Reeds souffre de troublantes visions, qui l’attirent inexorablement vers la ville sinistrée d’Oakmont. Cette ville vient de subir une inondation d’ampleur biblique, que certains voient comme un présage. Sombre ou pas, il n’en reste qu’une grosse partie de la ville est sous les eaux, et que certaines zones sont même infestées par de terrifiantes créatures.
Quels secrets émergeront de cette ville en train de sombrer ? A vous de le découvrir en plongeant à travers les vrilles de folies d’Oakmont.

Une ambiance bien maîtrisée pour The Sinking City

Le thon est donné dès la scène d’ouverture, Oakmont respire les effluves marins (mais ça n’est pas pour autant la Bretagne). Crachin constant, zones inondées, la mer reprend son dû peu à peu et progresse sur les terres.. De curieuses créatures émergent dans tout ce chaos, les Wyldbeasts. Elles n’ont pas l’air de vraiment suivre les règles d’anatomie de la Nature, et sont, évidemment, très agressives.

L’ambiance visuelle, avec ces lignées de bâtiments couverts d’algues, de coquillages, en impose un peu. On sent la ruelle sale, le requin à moitié dévoré par la vermine qui traîne en plein milieu de la rue, ou encore les poubelles qui s’accumulent, faute de présence d’éboueurs. Bref c’est pas la joie, et on sent à travers les différentes enquête

A travers les différentes enquêtes qu’on vous commanditera, une trame de fond émergera progressivement, où des crimes somme toute très classiques plongeront vers l’occulte…On plonge dans des histoires de plus en plus bizarres, avec des ramifications qui défient la logique. Et les desseins d’entités plus vieilles que le monde se resserrent autour des personnages. Cette notion de destinée est d’ailleurs assez effrayante, car au final on avance en pensant faire ses propres choix, et pourtant tout est déjà écrit.

La ville en elle-même est découpée en plusieurs quartiers, qui auront chacun leur visuel. Ainsi, s’approcher du port changera drastiquement des zones plus aisées d’où habite la famille Throgmorton par exemple. Certaines rues sont tellement inondées qu’il vous faudra prendre un bateau (aller nager dans ces canaux est possible, mais des anguilles surnaturelles viendront rapidement vous grignoter le booty. Et ça c’est pas cool). L’arrivée des premiers Insmouthiens est vraiment particulière, car ces habitants de la ville d’à côté ont des têtes de poisson assez chelou. Ça donne pas trop envie de vénérer Ctulhu en fait.

La mythologie autour des Anciens est plutôt bien suivie, et quand on découvre ce que fomente le culte mis à jour, ça ne fait pas plaisir.

Graphiquement, le jeu est plutôt joli, si on ne s’approche pas trop de certaines textures (comme tous les jeux de ce genre). On se sent vraiment immergé dans cette drôle de ville qui est vraiment prise d’assaut par les éléments, et toujours sujette à un crachin assez énervant.

Un gameplay à lisser

The Sinking City se déroule en troisième personne (c’est-à-dire avec la caméra derrière l’épaule droite du personnage), ce qui permet d’apprécier le boulot des Game designers, à rendre une ville des années 30 totalement envahie par les eaux. Les déplacements sont un peu laborieux (la faute à un portage PC pas formé super bien pensé ?), mais globalement on s’en tire très bien, même dans les combats. Vous aurez à votre disposition une barre de vie, et une barre de tanisé. Cette dernière commence à baisser si vous utilisez votre capacité spéciale, le Mind’s Eye. Ça vous permet de détecter des objets ou des endroits d’intérêts, ainsi que les indices. Si vous rencontrez des créatures, la barre baissera rapidement, et vous imaginerez, en plus des ennemis, d’autres bestioles. Oui vous pouvez vous tuer avec votre imagination… Heureusement que les kits de sanité et l’alcool vous aideront à survivre à cette aventure.

En parlant de combats, ancien militaire oblige, vous aurez accès à un petit arsenal sympa, qui se débloque au fur-et-à-mesure de vos pérégrinations: un Colt 1911, un revolver, un fusil à pompe, un fusil à verrou, et enfin, un pistolet-mitrailleur Thompson. Le tout agrémenté de gadgets que vous pouvez crafter à partir d’éléments trouvés dans certains endroits ( grenade, piège à loups, kit de soin, kit de sanité), vous aurez quelques options pour affronter la faune de plus en plus agressive de la zone.
Ne pas oublier que les munitions sont très rares et ont énormément de valeur. Parfois, fuir est la meilleure option car les créatures ne vous rateront pas ! (Vous seriez surpris de tout ce qu’il y a à affronter d’ailleurs…).

Toutes ces armes, c’est cool, mais que ferait-on sans des arbres de compétences ? Trois arbres sont à votre disposition, et concerneront capacité de combat, d’intelligence, et de crafting. A vous de résoudre des énigmes, et tuer des ennemis pour accumuler des points de compétences à distribuer dans ces arbres de compétence.

Enfin, la gestion des énigmes est très intelligente: à vous d’accumuler des indices, et de les combiner pour créer de nouvelles entrées dans votre journal et continuer les quêtes données.

Quelques cafouillages dans l’attribution des touches sur PC peut rendre le jeu un peu laborieux, ou contre-productif. L’action Utiliser est activée en s’approchant de quelque chose d’interactif, et en cliquant sur Souris Gauche, par exemple.

Conclusion

The Sinking City est une belle surprise. Pas forcément LE jeu de l’année, mais une ambiance très réussie permet au soft d’offrir une excellente aventure à tout fan de H.P Lovecraft. Malgré quelques petits bugs et problèmes de jouabilité, on découvre un univers soigné, avec de bonnes idées et surtout un final plutôt réussi. Autre gros avantage, une durée de vie honorable, rallongée si vous aimez fureter dans tous les coins pour découvrir de nouvelles quêtes.

Si jamais le jeu vous faisait de l’œil, vous pouvez foncer dessus. The Sinking City est disponible sur PC, XBOX 1 et PS4 !

2 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Posts
Total
15
Share