Le Nikon Z6 équipé du 24-70 f/4 : le meilleur combo du moment en mirrorless ?

Le Nikon Z6 est sorti à la fin de l’année 2018. Second appareil photo numérique hybride plein format à objectifs interchangeables de Nikon, il est le petit frère du Z7. J’ai eu la chance le mois dernier de pouvoir tester le Z6 pendant quelques jours, c’est la première fois que j’avais en main un mirrorless de la marque.
La grande différence entre le Z6 et le Z7 (outre le prix) se trouve notamment au niveau des pixels : 24,5 mégapixels pour le petit frère, 45,75 pour le grand. Voyons plus en détails les autres spécificités techniques du kit.

Caractéristiques techniques du Nikon Z6

Vous pouvez retrouver les caractéristiques techniques complètes sur le site de Nikon. Je vous mets celles que je regarde habituellement.

TypeAppareil photo hybride
Monture d'objectifMonture Z Nikon
Angle de champ effectifFX (plein format)
Capteur d'imageCMOS, 35,9 mm x 23,9 mm
Pixels effectifs24,5 millions
Stockage - Format de fichierNEF (RAW) : 12 ou 14 bits (Compression sans perte, Compression ou Pas de compression) ; options Large, Moyenne et Petite disponibles (les images de petite et moyenne taille sont enregistrées à une profondeur d’échantillonnage de 12 bits avec une compression sans perte).
TIFF (RVB).
JPEG : conforme au format JPEG Baseline avec compression fine (environ 1: 4), normale (environ 1: 8) ou basique (environ 1: 16) ; compression de qualité optimale disponible.
NEF (RAW) + JPEG : une photo enregistrée aux formats NEF (RAW) et JPEG.
Logement pour cartes1 carte XQD
Viseur1,27 cm (0,5 pouces) environ OLED 3690 k pixels (Quad VGA) avec équilibre colorimétrique et contrôle de la luminosité automatique ou manuel sur 11 niveaux
Objectifs compatiblesObjectifs à monture Z NIKKOR. Objectifs à monture F NIKKOR avec adaptateur pour monture ; des restrictions peuvent s’appliquer.
Vitesse d'obturation1/8000 à 30 s par incréments de 1/3 ou 1/2 IL, pose B, pose T, X200
Sensibilité100 à 51 200 ISO
Possibilité de définir sur environ 0,3, 0,5, 0,7 ou 1 IL (équivalant à 50 ISO) en dessous de 100 ISO ou environ 0,3, 0,5, 0,7, 1 ou 2 IL (équivalant à 204 800 ISO) au-dessus de 51 200 ISO
contrôle automatique de la sensibilité disponible
Vidéo - Taille d'image (pixels) et cadence de prise de vue3840 x 2160 (4K UHD) ; 30p (progressif), 25p, 24p.
1920 x 1080 ; 120p, 100p, 60p, 50p, 30p, 25p, 24p.
1920 × 1080 (ralenti) ; 30p ×4, 25p ×4, 24p ×5.
Les cadences de prise de vue réelles pour 120p, 100p, 60p, 50p, 30p, 25p et 24p sont respectivement 119,88, 100, 59,94, 50, 29,97, 25 et 23,976 vps ; sélection de la qualité disponible pour toutes les tailles sauf 3840 x 2160, 1920 x 1080 120p/100p et 1920 x 1080 ralenti (lorsque la qualité est réglée sur « élevée »).
USBConnecteur Type C (SuperSpeed USB). Connexion au port USB intégré recommandée.

Sur le papier, le boitier fait vraiment envie. Avec sa batterie, le Z6 pèse 675 grammes environ. Un vrai poids plume ! Et comme on peut le voir sur les deux photos ci-dessus, il est vraiment petit. C’est un détail qui a son importance car aujourd’hui nous avons l’habitude de dégainer notre smartphone pour prendre des photos à la volée. Le poids et l’encombrement d’un appareil photo “classique” est devenu un véritable frein pour par exemple un trip à l’étranger : “Je prends ou je ne prends pas mon appareil photo… ?”. Combien de fois ai-je entendu cette interrogation. Avec le Z6, je ne me poserais pas la question : je le prendrais avec moi !

On a droit à de l’USB-C et ça, c’est vraiment sympa (car très pratique). Le viseur OLED fait parfaitement son travail, sachant qu’il est bien entendu possible d’utiliser l’écran orientable et tactile pour faire ses prises de vue. Je suis passé de l’un à l’autre au gré de mes sessions photo, préférant l’écran pour plus de discrétion lors de balades “photos de rue”, mais visant mon œil au viseur pour la prise de portraits.

La vitesse d’obturation maximum n’a jamais été un problème. Certains voudraient qu’elle soit un peu plus élevée, mais avec 1/8000 on a de quoi faire.

Le format XQD est impossible à prendre en défaut. On shoote on shoote, aucun temps de latence, l’appareil photo enregistre les clichés à une vitesse déconcertante.

Concernant la montée en ISO, l’appareil est donné pour 51 200 ISO. Je suis monté jusqu’à 6 400 sans aucun problème, et vu la qualité du cliché j’avais encore énormément de marge.

Caractéristiques techniques de l’objectif NIKKOR Z 24-70mm f/4 S

Vous trouverez ici les spécificités techniques du 24-70 f/4.

TypeMonture Z Nikon
FormatFX/24x36 mm
Focale24–70 mm
Ouverture maximalef/4
Ouverture minimalef/22
Distance minimale de mise au point0,3 m à partir du plan focal pour toutes les focales
PoidsEnviron 500 g
AutofocusOui
Mise au pointAutomatique, manuelle

Sur mes anciens reflex numériques Nikon, un de mes objectifs de prédilection était le 24-70mm f/2.8. Une vraie bête (dans le bon sens du terme) que j’emmenais partout avec moi, aussi bien en extérieur qu’en studio. Alors, allais-je être séduit par le petit objo Z f/4… ?

Le Nikon Z6 au quotidien

Je ne vais pas faire durer le suspense plus longtemps : le Nikon Z6 équipé du NIKKOR 24-70mm f/4 est un véritable régal. Vraiment, quel pied ! J’ai tout d’abord beaucoup apprécié le fait que les menus que je connais bien depuis des années sur les reflex DX et FX numériques de la marque soient au rendez-vous. Si c’est votre premier appareil photo Nikon, aucune crainte : Ils sont clairs, explicites, on s’y retrouve assez facilement.

L’ergonomie de l’appareil photo est très bien pensée. Tout tombe très naturellement sous la main, et les boutons paramétrables permettent de pouvoir pousser cette ergonomie encore plus loin.

 

Lors de mes différentes pérégrinations, la réactivité du Nikon Z6 m’a impressionné : on allume on shoote, on sort l’appareil photo du mode veille on shoote. L’autofocus du NIKKOR m’a lui aussi fait très forte impression. J’ai pu saisir chaque instant lors de photo de rue, jamais le 24-70mm ne m’a fait défaut. Que ce soit au viseur OLED ou via l’écran orientable tactile, les prises de vue se font à très grande vitesse. Les 24,5 Mpixels peuvent ici être considérés comme un avantage : l’appareil photo n’a pas 100 Mo par photo à aller rapatrier sur la carte mémoire. Et pour mon usage (photos destinées à être principalement vues sur un écran, avec un peu d’impression au format A4 maximum) ce nombre de millions de pixels me suffit amplement. Il faut dire que j’étais déjà très content des 12,1 Mpixels de mon D3s, alors 24,5…

La connexion Wi-Fi de l’appareil photo couplée à l’application SnapBridge (disponible pour iOS et Android) m’a permis de travailler mes fichiers… depuis mon iPad. Qu’est-ce que c’est pratique ! Bien entendu, on parle ici de petites retouches dans un cadre non-professionnel. Quand bien même, cela aurait tout à fait pu être possible selon les applications installées sur la tablette. L’app permet donc de transférer les photos vers son smartphone ou sa tablette, ces derniers pouvant aussi servir à piloter l’appareil photo à distance.

Pourquoi le Nikon Z6 et le NIKKOR 24-70mm f/4 ?

Ça, c’est une très bonne question. On est en droit de se la poser, le kit coûtant 2,499€ (à l’heure où j’écris ces lignes, soit le 2 février 2020). Le boitier nu est quant à lui disponible à 1,899€. Alors concernant le “pourquoi” : parce que nous avons là un quasi-sans-faute de la part de Nikon. Je dis “quasi”, mais en réalité je n’ai pas trouvé de défaut particulier ni au boitier, ni à l’objectif.

Alors, “à qui” ce kit est-il destiné ? À celles et ceux qui veuillent aller plus loin que la photo au smartphone. Je n’ai rien contre cette pratique, les trois quarts de mes photos sont prises avec mon téléphone portable. Quand j’ai besoin d’aller plus loin, afin d’avoir une qualité optimale sur mes clichés, ou pour des besoins en impression, rien ne vaut un appareil photo “classique” (reflex ou hybride). Ne parlons pas des situations particulières telles que la photo sportive, la photo animalière ou encore la prise de vue de nuit. Les smartphones sont largués en la matière. Ils commencent à s’en sortir pas trop mal… dès lorsqu’on ne les compare pas à un reflex ou un hybride. Enfin, un appareil photo à objectifs interchangeables, ça permet d’avoir un choix très vaste en termes d’optiques et donc, en termes de rendu final. Bien entendu, les professionnels verront dans le Z6 un parfait second boitier pour les accompagner “léger” sur leurs lieux de prises de vue.

Le prix du kit se situant dans la moyenne du marché, il est un excellent choix pour qui recherche un produit qui ne pourra pas être pris en défaut et qui au regard de ses caractéristiques techniques est là pour de très nombreuses années. Un énorme coup de cœur pour ce Nikon Z6 et son 24-70mm f/4. Si personnellement je devais investir aujourd’hui dans un combo appareil photo numérique + objectif, ça serait dans celui-ci.

1 comment
  1. Il a l’air bien, ce petit Z6.
    En revanche sur le poids je pense qu’on en fait trop et qu’on est trop focalisé sur les quelques reflex monoblocs. Si à 675g on ne se pose pas la question si on va prendre ou pas son appareil, ça veut dire qu’on ne se posait déjà pas la question avec la plupart des reflex APS-C ou même des D610/D750/6D qui ne pesaient pas tellement plus lourd et dans le monde de l’hybride FF on peut même constater que, depuis l’A7, ça ne fait que s’alourdir puisque la 1ère version faisait moins de 500g. Pour moi les seuls qui peuvent encore se poser la question de “je prends mon appareil ou pas” sur un trip à l’étranger sont ceux qui ont des monoblocs d’1.5Kg ou éventuellement des D8x0, mais dans ce cas si la compacité et le poids étaient des critères si importants ce ne sont pas les boitiers qui sont en cause mais le choix de leurs utilisateurs qui auraient dû se demander à la base s’ils avaient besoin d’un monobloc avant.
    La question se pose d’ailleurs aussi beaucoup sur les objectifs, par exemple être satisfait d’un 24-70 f/4 quand on vient d’un 24-70 f/2.8, c’est que dans le fond on aurait déjà pu se contenter d’un 24-120 f/4 voir un 24-85 f/3.5-4.5. Effectivement un D3s+24-70 f/2.8 c’est largement plus lourd qu’un Z6+24-70 f/4 mais en même temps, si avoir un gros monobloc qui casse les briques et un zoom pro f/2.8 n’était pas nécessaire, un D750+24-120 f/4 ou 24-85 f/3.5-4.5 aurait fait l’affaire en étant également largement moins lourd que le D3s…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Previous Post

Return to Jurassic Park, un DLC qui manque de saveur.

Next Post

Test des Huawei Freebuds 3

Related Posts